Abbayes de
Catalogne
Cisterciens Abbaye de Santes Creus
< antérieur Accueil Catalogne Alt Camp Aiguamúrcia suivant >
català - castellano
chercher contact facebook

Alt Camp

En 1150, le sénéchal de Barcelone Guillem Ramon I de Montcada donna aux cisterciens de  Grandselve (un important monastère du Tarn-et-Garonne, au nord-est de la ville de Toulouse, aujourd'hui pratiquement disparu) quelques terrains à Valldaura (Vallès Occidental) dans le but de fonder une nouvelle abbaye. Son premier abbé fut Guillaume (Guillem, 1152-54). En raison des conditions défavorables pour l'établissement d'une abbaye dans ce lieu là, ils décidèrent de se déplacer à un autre endroit.

Santes Creus
Santes Creus
Cloître

Santes Creus
La cour du monastère

Santes Creus
Façade de l'église

Salle
capitulaire

En 1155 intervint le comte de Barcelone Ramon Berenguer IV, qui donna une propriété située à Ancosa (La Llacuna, Anoia), qui jouissait de meilleures conditions géographiques, où on croit qu'arriva à s’établir un nouveau monastère malgré le fait que l'endroit n'y soit pas du tout approprié. Le 1160 fut fait un dernier don avec le même but, un terrain près du Gaià où le monastère fut finalement bâti. La fondation ne fut pas entièrement réalisée avant 1168, quand une bulle du pape Alexandre III déclara cette maison directement dépendante de Rome, sans intervention épiscopale. Le premier abbé fils du pays fut Pere de Valldaura (1158-1184).

Santes Creus
Portail de l'église

Retable

Santes Creus
Intérieur de l'église

Santes Creus
Retable majeur

Santes Creus
La nef centrale


Vers 1170 commença la construction de quelques bâtiments temporaires pour abriter les moines réunis autour de la chapelle de Trinité, qui est encore conservée. À cette époque la communauté voisine de Sant Pere de Gaià fut unie avec celle de Santes Creus. Puis, en 1174, commença la construction du monastère définitif, suivant les ordonnances caractéristiques des monastères cisterciens. En 1221 l'église fut consacrée mais vraisemblablement elle n'était pas encore terminée. Fut aussi bâti un cloître antérieur á l'actuel, qui conserve encore le lavabo avec une décoration plus simple par rapport au reste, construit postérieurement.

Santes Creus
Sépulcres royaux (Jacques II d'Aragon et Pierre III le Grand )

Santes Creus
Sépulcre de Pierre III le Grand
Commandé en 1291 au Maître Bartomeu de Girona,
en utilisant une baignoire romaine-égyptienne

Santes Creus
Sépulcre de Jacques II (mort en 1327) et Blanche d'Anjou (morte en 1310). L'œuvre fût  réalisée entre 1311 et 1316 par divers maîtres (Pere de Prenafeta, Pere de Bonull i Francesc de Monflorit) suivant le modèle du sépulcre de Pierre le Grand

Santes Creus
Sépulcre de Jacques II et Blanche d'Anjou
Gisant de Blanche d'Anjou
Santes Creus
Sépulcre de Jacques II et Blanche d'Anjou

Santes Creus
Sépulcre modern de Marguerite de Prades, épouse de Martín I d'Aragon
Santes Creus
Sépulcre de l'abbé Guillem de Ferrera (+ 1375)
Santes Creus
Sépulcre des Montcada (s. XVIII)

Santes Creus
Extérieur de l'abside centrale, avec la rosace
Santes Creus
Lanternon gothique
Santes Creus
Le cloître

De cette période restent la sacristie, la salle capitulaire et le parloir (qui relie le cloître avec l'arrière du complexe). Au dessus de cet ensemble fut placé peu de temps après le dortoir des moines, commencé en 1191 et achevé au XIIIe siècle. Sous l'abbatiat de saint Bernat Calbó (1226-1233) et après une période de difficultés économiques, la construction du monastère fur reprise avec la coopération des souverains.

Santes Creus
Le cloître
Santes Creus
Le cloître

Pierre III le Grand (1240-1285) fut le premier roi qui ordonna sa sépulture dans le monastère. Plus tard, le transept de l'église accueillit la tombe de son fils Jacques II le Juste (1267-1327) et sa femme Blanche d'Anjou (1383-1310). À cette époque se construisait le palais royal. L'abbé Bonanat de Vila-seca fonda les monastères filiaux de Valldigna à Valence (1298) et Altofonte en Sicile (1308). Santes Creus a également participé à la fondation de l'ordre militaire de Montesa en 1319.

Santes Creus
Le cloître
Santes Creus
Lavabo

Santes Creus
Santes Creus
Image du Catálogo Monumental de España (1900-1961). Tarragona (1909?)


En 1313 fut posée la première pierre du nouveau cloître pour remplacer l'antérieur, encore inachevé. Ce cloître s'écarte du style caractéristique cistercien et présente une décoration exubérante de figures de toutes sortes, mais surtout fabuleuses, avec des animaux monstrueux en détriment des scènes religieuses. Ici travailla Reinard Fonoll, un personnage probablement anglais qui fut engagé pour ce travail en 1331 par l'abbé Francesc Miró (1335-1347). Le cloître fut inauguré 1341 et restauré au XXe siècle.

Santes Creus
Sépulcre d'un membre de la famille Cervelló, au cloître
Santes Creus
Clôture du chœur
Photo de Josep Salvany, 1912
Biblioteca de Catalunya. Fons Josep Salvany
Photos
anciennes

Suit une longue période de déclin, qui n'empêcha pas la réalisation de nouvelles œuvres de moindre importance, comme les réformes dans le palais royal et l'adaptation de l'armarium comme chapelle de l'Assomption, dans le cloître. Entre 1376-1377 des bâtiments défensifs (tourelles) furent construits. En 1452 les possessions du monastère de Santa Maria de Bonrepòs, alors en train de suppression, furent remises à Escaladei et Santes Creus, le premier prit les propriétés les plus proches et le dernier les objets liturgiques et les biens isolés, on dit que le cloître postérieur de Santes Creus provient de Bonrepòs.

Santes Creus
Chapelle de la Trinité
Santes Creus
Cloître postérieur

Les dernières années furent relativement aisées, plusieurs travaux d'adaptation du monastère furent réalisés. Un nouveau palais abbatial fut construit en 1640 sur l'ancien hôpital des pauvres, en 1733 fut construite l'infirmerie et agrandit le réfectoire qui perdit les traits gothiques. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle finit l'urbanisation des places et la construction du portail de l'Assomption.

Au XIXe siècle, le monastère vécut les malheurs du temps. Au sujet de la guerre d'indépendance, bien que les troupes soient entrées et la communauté fuie temporairement, il paraît que ni les bâtiments ni les meubles souffrirent de son passage. En 1820, le monastère fut supprimé et ses actifs furent vendus aux enchères en divisant l'ensemble en plusieurs lots. En ce qui concerne les meubles, malgré les pertes, elles peuvent être considérés minimes. Rétablie la communauté en 1823, le monastère fut finalement abandonné en 1835 après les événements de juillet à Reus et Barcelone. À l'époque et malgré la situation antérieure, la communauté comptait trente-cinq membres.

Santes Creus
Le palais royal
Santes Creus
Ancien scriptorium, après cellier (photo de 1988)

En 1843, l'ancien moine Miquel Mestre, curé de la paroisse, fonda la ville de Santes Creus et demanda l'usage de l'église du monastère et lui rendit le culte; plus tard le palais abbatial est devenu l'hôtel de ville. Le transfert de la prison de Tarragone (1870) et la Troisième Guerre carliste (1874) entraîna importantes destructions après réparées par la Commission de Monuments de Tarragona. En 1921, il fut déclaré monument national. Maintenant, cet important monument est propriété de la Generalitat de Catalunya.

Santes Creus
Dortoir
Santes Creus
Salle capitulaire

Santes Creus
Salle capitulaire

Santes Creus
Santes Creus
Salle
capitulaire
Sépulcre de l'abbé Jaume Valls (1534-1560)
á la salle capitulaire

Retable de Notre Dame

En 1403 fut commandé un nouveau retable, œuvre commencée par Pere Serra, qui a dû faire des préparatifs et que Lluís Borrassà finit en 1410, et où travailla aussi Guerau Gener. Le retable était composé de deux corps séparés par l'image de la Vierge. De chaque côté quatre scènes de grande taille avec la représentation de la vie de la Vierge, en plus des pinacles avec les Évangélistes et prédelle mal conservée. Maintenant le retable est divisé et conservé au MNAC (Barcelone) et le Museu Diocesà de Tarragona.

Santes Creus
Résurrection de Christ
Museu Nacional d'Art de Catalunya, Barcelona

Santes Creus
Saint Jean l'Evangéliste
Museu Nacional d'Art de Catalunya, Barcelona

Retable

Sépulcre de Pierre le Grand

Le tombeau de Pierre le Grand (1240-1285) fut commandé par son fils Jacques II qui l'avait fait construire dans le lieu choisi par son père, le monastère de Santes Creus, malgré avoir été excommunié. En 1291, sa construction fut confiée au Maître Bartomeu de Girona en utilisant une baignoire romano-égyptienne envoyée par Jacques II lui-même quand il était roi de Sicile. La tombe se compose de la vieille baignoire, une structure décorée avec images au dessus et le tout couvert par un baldaquin. Le corps royal fut transféré au site d'enfouissement en 1295, la tombe fut terminée dix ans plus tard. Ce tombeau a été ouvert en 2010, lorsque la dépouille du monarque a été étudiée, et l’ensemble restauré.

Santes Creus
Sépulcre de Pierre le Grand

Pere el Gran
Pierre le Grand
 Usatici et Constitutiones Cataloniae (XIV-XVe siècle)
Bibliothèque nationale de France

Santes Creus
Fonts baptismaux (XII-XIIIe siècle)
Museu Diocesà de Tarragona

Santes Creus
Notre Dame du Rosaire
Germans Alegret ? (1599)
Museu Diocesà de Tarragona

Santes Creus
Armoiries de Santes Creus
Publié par Gaìetà Barraquer au:
 Los religiosos en Cataluña durante la primera mitad del siglo XIX


Bibliographie:
- Álbum pintoresch-monumental de Catalunya. Barcelona: Associació Catalanista d'Excursions Científiques, 1883
- BALDOR ABRIL, Elisabeth. El monestir de Santes Creus des del primer abadiat quadriennal a la guerra dels Segadors (1619-1641). Pagès Editors. Valls, 1999
- BARRAQUER, Cayetano. Las casas de religiosos en Cataluña durante el primer tercio del siglo XIX. Tomo I. Imprenta F.J. Altés. Barcelona, 1906
- BARRAQUER, Cayetano. Los religiosos en Cataluña durante la primera mitad del siglo XIX. Francisco J. Altés. Barcelona, 1915
- CABESTANY, Joan-F. Reial Monestir de Santes Creus. Generalitat de Catalunya. Barcelona, 1997
- CABESTANY, Joan-F. L’art gòtic a Catalunya. Arquitectura I. Enciclopèdia Catalana. Barcelona, 2002
- CABESTANY, Joan-F. L’art gòtic a Catalunya. Arquitectura II. Enciclopèdia Catalana. Barcelona, 2003
- CREUS COROMINAS, Teodoro. Santas-Creus. Descripción artística de este famoso monasterio. F. Miquel y Comp. Vilanova i la Geltrú, 1884
- GALITÓ I PUBILL, Miquel. Pere Carrera i Torrent (1785-1844). Darrer abat de Santes Creus i fill de Castellnou de Seana. Pagès Editors. Lleida, 1996
- GUDIOL, Josep; ALCOLEA, Santiago. Pintura gòtica catalana. Ed. Polígrafa. Barcelona, 1987
- SALAS RICOMÁ, Ramón. Guía histórica y artística del monasterio de Santas Creus. F. Arís e Hijo. Tarragona, 1894
- VILLANUEVA, Jaime. Viage literario a las Iglesias de España. Tomo XX. Real Academia de la Historia.  Madrid, 1851
- VIVES I MIRET, Josep (1969). Reinard des Fonoll. Escultor i arquitecte anglès, renovador de l'art gòtic a Catalunya (1321-1362). Barcelona: Blume
Liens:
- Reial Monestir de Santes Creus (visite)
- La Vanguardia.es (23 mars 2010). Pere II el Gran viaja al presente
- Museu d'Història de Catalunya. Restauració de la tomba de Pere el Gran
- Tomba de Pere el Gran (gigafoto)

Situation:

L'ancienne abbaye cistercienne de Santa Maria de Santes Creus est située dans la municipalité d'Aiguamúrcia


Santes Creus

Baldiri B. - Février 2016
(*) Le texte de cette page est une traduction mécanique corrigée de l'original en catalan. Merci de votre compréhension et coopération pour une éventuelle amélioration.

Les liens sont dirigés vers des pages en catalan (ou espagnol) lorsqu'il n'existe pas de traduction française.